Je soutiens pleinement la démarche de Robert Herrmann !

Robert_Herrmann_par_Claude_Truong-Ngoc_janvier_2013Certes, sa prise de conscience est bien tardive. Elle a mis plus de cinq années à se manifester mais force est de reconnaitre que son diagnostic est précis, argumenté et juste.

Oui la municipalité conduite par Roland Ries connait de lourdes défaillances dans la méthode de gouvernance et de gestion des affaires.

Cet amateurisme, ces défaillances dans le processus décisionnel s’est manifesté dans de nombreux dossiers importants pour les strasbourgeois-es.
Je pense aux habitants de Koenigshoffen qui attendent l’arrivée du tram depuis tant d’années et qui se sont fait balader entre fer et pneus sur une lubie du maire sortant.
Je pense à l’extension du Tram vers Kehl imposée par Roland Ries alors qu’elle n’était pas prioritaire.
Je pense aux bains municipaux qui ont besoin d’être rénovés mais qui sont désespérément abandonnés du fait de l’absence de décision de Roland Ries.
Je pense à l’attribution de la DSP pour le cinéma de l’Odyssée où des amitiés personnelles ont pris le dessus sur la qualité de gestion et de programmations des différents candidats à cette DSP.
Je pense à la volonté de privatisation de la SIG où la encore le dossier avait été marqué par des considérations personnelles.

Robert Herrmann a raison. Ce qui caractérise la gestion de Roland Ries, c’est le fait du prince illustré également par son renoncement à sa promesse de ne pas se représenter et à présent de mettre en avant son dauphin.

Robert Herrmann aurait pu pousser son analyse jusqu’aux questions de morale et d’éthique qui ont marqué d’une pierre noire ce mandat. Le dossier Bamako symbolise à lui seul ces errements comme celui du rapport sur le marché de Noël. Cela a abouti au limogeage de l’adjointe en charge des marchés parce qu’elle était trop curieuse et qu’elle voulait mettre de l’ordre. Cela a abouti aussi au lynchage public, en plein conseil municipal, de l’association Anticor. (voir mon intervention ICI)

Robert Herrmann aurait pu aller encore plus loin et dénoncer le cumul des mandats et des fonctions pratiqué par Roland Ries. Ce dernier est 24ème au palmarès de cumulards établi par le journal l’express paru cette semaine.

Avec Fabienne Keller, nous allons proposer des méthodes de gestion plus claires, plus transparentes que nous développerons en détail dans la campagne à venir.
Sur le cumul des mandats, les choses sont plus que claires puisqu’en soutenant la motion que j’avais déposée en juin dernier, Fabienne Keller s’est engagée solennellement, devant le conseil municipal et les strasbourgeois  à « assurer qu’aucun élu Strasbourgeois ne sera en situation de cumul entre un mandat parlementaire (national ou européen) et des fonctions de Maire, d’adjoint au Maire de Strasbourg, de président de SEM ou d’un établissement public à compter des élections municipales de mars 2014. » Roland Ries avait alors fait tonner sa majorité pour faire rejeter cette motion qui ne lui convenait pas. (voir mon intervention ici )

Oui, une fois n’est pas coutume, par delà nos différences politiques je salue la lucidité de Robert Herrmann dans son diagnostique et le remercie pour son courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*