Non à la nouvelle hausse des tarifs de la CTS

DSCF3095Intervention lors du conseil de CUS du 27 Juin 2014
Point N°26 : Revalorisation des tarifs de la CTS

Monsieur le Président,
Chers collègues,

Il ne vous aura même pas fallu 3 mois pour pratiquer la première hausse de votre mandat – et certainement pas la dernière – d’un tarif ou d’un impôt.
Comme je le craignais depuis janvier, pour la sixième fois depuis 2008, vous nous demandez d’entériner une nouvelle hausse des tarifs de la CTS, notamment pour compenser la revalorisation de la TVA décidée par le gouvernement.

Il aura donc fallu attendre la fin de la période électorale pour qu’enfin les maques tombent !

Comme le soulignait avec justesse l’année dernière, à la même époque, notre collègue maire de Wolfisheim, en cette période de crise, en cette période si difficile pour beaucoup de nos concitoyens dont les revenus stagnent, il faut geler les tarifs !

Certes, vous ne touchez pas au ticket individuel. Il faut dire qu’en passant d’1€30 à 1€60, soit une augmentation de 23% depuis 2008, il était difficile de faire plus. Idem pour l’aller retour qui sur la même période s’est accru de 24%.
Le carnet de 10, l’un des plus prisé, va passer quant à lui à 13€20. Il était de 11€50 en 2008 et cela constitue donc une hausse de 14.8%.
L’abonnement, quelque soit la catégorie des usagers, n’est pas épargné.
Pour le plein tarif par exemple, il passe à 48€40. Il était de 40€ en 2008 soit une augmentation de 21% en 6 ans !
Très franchement cette revalorisation est mal venue.
L’augmentation de la TVA, voulu par le président de la République, ne constitue pas la meilleure idée qu’il ait eue depuis le début du quinquennat, et encore moins en l’appliquant aux transports collectifs.
Dire que nous avons parmi nous des parlementaires qui ont cautionné cette politique d’injustice fiscale…

Ces hausses sont mal venues car incohérentes: d’un coté on diminue les taxes aéroportuaires pour plusieurs millions d’euros, et de l’autre on pénalise les transports en commun qui profite à tous, surtout aux plus fragiles et qui permettent de réduire l’usage de la voiture en ville.
Elles sont surtout mal venues parce que les finances de nos concitoyens n’ont jamais été aussi exsangues. Leurs revenus sont quasiment gelés depuis au moins 5 ans et ce n’est pas près de s’améliorer.
L’inflation est un alibi un peu facile, un prétexte à géométrie variable si l’on se réfère à la baisse probable du taux du livret A. Par ailleurs elle ne prend pas en compte les revenus !
C’est ce qui nous avait amené lors des dernières élections, à défendre le gel des tarifs et des impôts locaux. Beaucoup de maires y souscrivaient. Je me souviens même en avoir vus beaucoup sur une tribune, lors de la dernière campagne municipale, défendre cette proposition pour la CUS.
La stabilité fiscale et tarifaire n’était-elle d’ailleurs pas l’un des piliers de la nouvelle gouvernance pour au minimum les trois premières années ?
Nous voilà donc face au premier reniement du mandat.

Outre la TVA Hollande, outre l’inflation, cette hausse se justifie avant tout par le dérapage de l’endettement de la CTS qui a progressé de 12M€ en 2013 et ce, malgré la précédente hausse des tarifs alors même que le réseau de tram n’a pas connu d’extension majeure depuis 2008.
Comme vous ne pouvez plus augmenter davantage le versement transport, ce sont les usagers qui payent ou les entreprises pour ceux dont les employeurs prennent en charge 50% de l’abonnement, comme le soulignait hier dans la presse, notre collègue nouveau président de la CTS.

Pour conclure, comme pour le budget CUS, vous ne maitrisez absolument pas les dépenses de fonctionnement de la CTS. 
Finalement, ce qui caractérise la gestion socialiste c’est que vous composez un budget en le finançant par davantage d’impôts – en l’espèce ce sont les tarifs- , par davantage de dettes,  et très peu de maitrise des dépenses de fonctionnement. 

Pour l’ensemble de ces motifs, nous n’approuverons pas cette sixième hausse des tarifs de la CTS !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*