Strasbourg surendettée, les strasbourgeois vont payer !

conseil municipalConseil Municipal de Strasbourg du 17 novembre 2014

Intervention relative aux orientations budgétaires de la Ville

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Ce premier débat des orientations budgétaires du mandat qui vient de débuter revêt une importance toute particulière.

D’abord, il va donner la tonalité de la politique que vous comptez mener pour les 5 années à venir.
Ensuite, il s’inscrit dans le cadre de la constitution de l’eurométropole qui se substituera à la communauté urbaine au premier janvier prochain.
Ce débat est aussi marqué par le contexte économique difficile depuis 2008, comme vous venez de le rappeler, mais aussi par les fortes tensions qui pèsent sur les finances publiques depuis plusieurs années.

Tous ces éléments nous obligent. Tous ces éléments, nous devons les prendre en compte.

A cela, il faut enfin ajouter le bilan de votre mandat passé. Ce bilan conditionne fortement les marges de manœuvre de nos deux collectivités que sont la ville et la CUS.
Nous devons tenir comptes de nos capacités d’autofinancement, de la dynamique des dépenses de fonctionnement comme de la situation de la dette.
Ce bilan tombera définitivement lors du vote du compte administratif 2014 en juin prochain. Les éléments que comporte ce débat des orientations budgétaires nous permettent d’en voir néanmoins un large aperçu.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas bon.

En 6 années, les dépenses de fonctionnement – malgré vos régulières affirmations péremptoires tout au long du mandat – sont passées de 300M€ en 2008 à 328.8M€ en 2014 soit une hausse de près de 29M€. +19M€ pour les seules dépenses de personnel, Monsieur le Maire !
Côté recettes, vous n’êtes pas restés inertes non plus puisque les recettes fiscales sont passées de 124.5M€ à 144.1M€ en 2014, en hausse de plus de 15.7%, soit plus que l’inflation.
Concrètement, cela signifie qu’en un seul mandat, alors que vous vous présentiez comme les champions de la stabilité fiscale, les Strasbourgeois ont supporté, pour la seule ville de Strasbourg une hausse des impôts locaux de 19.6M€.
Malgré tout, cette forte hausse des recettes fiscales n’a pas suffi à compenser le dérapage des dépenses de fonctionnement. Cela a eu un impact important sur l’autofinancement de la Ville qui est passé de 17.19M€ à 6.39M€ pour 2014.

Pour financer les investissements, vous avez alors dû avoir recours massivement à l’emprunt faisant exploser la dette de la ville.
En un seul mandat, vous l’avez plus que doublé de 112M€ au 1/01/2008 à 227.3M€ à la fin de cette année et ce, malgré la cagnotte de 60M€ issue de la vente d’ENEREST.
Au passage, je relève que pour la première fois dans un débat d’orientation, la notice analytique comme les courbes n’évoquent plus que la dette de la Ville. La CUS a disparu.
A l’heure de l’eurométropole, je regrette cette absence de vision globale même si je comprends bien la manœuvre. La situation de la ville étant déjà dans le rouge, vous voulez masquer le plus longtemps possible celle de la CUS qui est dans le noir.
Pour sa seule dette, elle est passée de 148.6M€ à plus de 480M€ à la fin de l’année. Voilà qui explique cette disparition soudaine des documents dont nous disposions jusqu’à présent.
En six années, avec votre équipe monsieur le Maire, vous avez donc réussi l’exploit, si je puis dire, de plus que doubler l’endettement de la Ville et de la CUS les faisant passer du fameux classement des villes les moins endettées de France de la 3ème place à la 8ème place.

A la fin de l’année, ce seront donc plus de 700M€ de dettes directes, hors CTS, que supporteront les Strasbourgeois. Le milliard semble se profiler pour 2016.

L’endettement supporté par habitant strasbourgeois est donc passé de 782€ à 1809€ à la fin de l’année à mettre en perspective avec le poids des impôts locaux qui s’est également accru pour eux.
Dire qu’en 2008, en agitant l’audit d’Ernst et Young  vous dénonciez, je vous cite un « endettement fort ». Que dirait le Roland Ries de 2008 aujourd’hui, face à ce bilan ?
De toute évidence, vous avez oublié que les dettes d’aujourd’hui seront nécessairement les impôts de demain. 
Peu importe les taux d’émissions de ces emprunts, peu importe leur sécurité, monsieur le Maire. Une dette reste une dette qu’il faudra nécessairement rembourser un jour.

Voilà pour la situation dans laquelle se trouve notre collectivité mais aussi la future eurométropole. Voilà le paysage avec lequel nos collectivités doivent composer.
Alors bien évidemment, vous habillez habillement votre communication pour reporter la faute sur l’Etat qui baisse ses dotations ou sur la conjoncture.
Ce n’est pourtant pas un scoop que l’Etat baisse ses dotations. Cela fait plusieurs années qu’élus et médias en parlent. Vous, monsieur le Maire, au Sénat et vos deux collègues Députés socialistes strasbourgeois à l’Assemblée avaient voté ces baisses. C’est tout de même un peu fort de café de faire mine de les découvrir aujourd’hui tout comme cela est ahurissant de découvrir que la situation économique du pays est mauvaise. C’est même un manque de respect pour nos concitoyens qui en souffrent depuis plusieurs années.

Plus que la conjoncture, c’est votre absence de prévoyance qui a fait passer les finances de la Ville dans le rouge et celles de la CUS dans le noir.

Aujourd’hui, à travers votre communication, vous cherchez à préparer les esprits à des décisions difficiles.

orientations budgétaires 2015D’abord, à des augmentations lourdes des tarifs. Le stationnement payant va être concerné en 2015 et votre adjointe prépare déjà une hausse des abonnements résidents. Coté CUS, il y a fort à parier que les tarifs de la CTS vont encore progresser alors que les hausses précédentes mettent déjà Strasbourg en bonne place sur le palmarès des villes les plus chères.

Ensuite, à une augmentation de la fiscalité. Cela fait plusieurs semaines que nous avions le sentiment que la question n’était plus de savoir si la fiscalité aller augmenter, mais de combien elle allait augmenter. A priori, cela devrait être de 3%, 3% qui viennent se rajouter à la revalorisation des bases annoncées à 0.9%. Je relève au passage que l’année dernière cette revalorisation avait été de 1.8%, bien supérieure à l’inflation 2014.
Cette hausse de 3% viendra se rajouter aux 4M€ de recettes supplémentaire générées par la suppression des abattements sur la TH votée par votre majorité en septembre dernier.

La baisse du nombre d’agents et des services proposés par la Ville est également annoncée. A la lecture des médias, nous découvrons que les premiers visés seront les contractuels et les vacataires notamment dans les écoles et les bibliothèques et ce, de façon abrupte, sans vision à moyen en long terme. Maîtriser les dépenses de personnel, c’est bien. C’est d’ailleurs ce qu’on vous demande depuis 2008. Mais votre absence de prévoyance vous conduit aujourd’hui à prendre des décisions brutales sans aucune véritable stratégie. Je pense que ce point spécifique devrait faire l’objet d’une présentation spécifique à l’eurométropole puisque, là encore, les deux collectivités sont concernées.

Mais aussi à une baisse rapide des investissements qui étaient de 108M€ en 2014 et qui devraient atteindre 75 puis 64M€ en 2016/2017, réduisant ainsi le carnet de commande des entreprises locales, ce qui ne manquera pas d’avoir un impact important sur l’emploi.

Enfin, à une prétendue maîtrise des dépenses de fonctionnement, 
L’exemple a été donné ce Week-end par exemple, avec la réduction brutale et importante du nombre de sapins de noël dans les paroisses mais aussi à l’extérieur tout en limitant leur hauteur à 2 mètres. Cela devrait générer un gain de 75 000€. Ceci dit, 500 sapins pour 50 000€ soit 100€ l’épicéa de moins de 2 mètres, je trouve que ça fait cher. Au regard des quantités commandées vous devriez au contraire bénéficier de prix largement moins chers que ceux du marché.
Sur le fond, je veux bien que les petits ruisseaux se transforment en fleuves mais là, vous faites des micro-économies sur le dos des quartiers tout en augmentant les dépenses dans l'hyper-centre pourtant déjà bien doté. Cela manque de cohérence et de vision globale. Intéressez-vous davantage au financement des illuminations de noël dans l'hyper centre par exemple !
Je pense aussi aux subventions. Vous nous dites que vous allez réduire la voilure pour le Racing et la SIG. Je me permets de vous rappeler que vous aviez pris l’engagement d’organiser une rencontre avec les dirigeants afin qu’ils nous fassent un bilan de la saison écoulée (ça commence à faire tard) et les perspectives à venir. Comment nous demander de réduire (ou d’augmenter) les subventions accordées sans que nous ayons une vision juste de leur situation ?

Tout cela manque de cohérence et d’une approche globale !

Pour conclure, monsieur le Maire, votre absence de prévoyance tout au long des six années écoulées, a conduit la ville de Strasbourg mais aussi la future eurométropole dans un cercle vicieux.
La forte augmentation de l’endettement fait progresser chaque année le remboursement du capital et des intérêts ce qui réduit toujours davantage notre capacité d’autofinancement et par conséquent augmente les besoins en emprunts même si les investissements diminuent.

Même les décisions brutales qui sont annoncés ne changeront rien à court terme à notre situation. Les trois scénarii proposés le démontrent bien. Tous les voyants sont au rouge jusqu’en 2020 et ce, quel que soit l’option retenue.

La conséquence de votre absence de prévoyance, malgré une cagnotte exceptionnelle de 60M€ en 2012, aboutit à une nouvelle baisse du pouvoir d’achat des Strasbourgeois, à une vaste casse sociale à la Ville et à la CUS et à la mise en difficulté d’entreprises locales.

Je redoute le pire pour les orientations budgétaires et le budget de l’eurométropole à moins qu’à la veille de scrutins locaux, nous ayons droit à une vaste opération d’enfumage rapidement corrigée par les BS et les DM qui suivront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*